Mésothérapie

Accueil » spécialités » Mésothérapie

Mieux connaitre la mésothérapie

Longtemps considérée comme une médecine dite parallèle, la mésothérapie a gagné ses titres de noblesse. Mise au point il y 60 ans par le Dr Pistor, la mésothérapie est reconnue comme une technique efficace pour certaines pathologies. Elle est prodiguée comme matière à part entière dans les universités de nombreux pays et en Belgique, elle est enseignée comme formation complémentaire par la Société Scientifique Belge de Mésothérapie (SSBM) et est patentée par un diplôme.

La mésothérapie se définit comme un traitement par injection dans le mésoderme (couche du milieu de la peau). Il s’agira d’injecter de petites quantités de mélange à quelques millimètres de profondeur à l’aide d’aiguilles ultra fines (utilisées en ophtalmologie) en des points précis. Le matériel est stérile et à usage unique et les mélanges utilisés, pour ma part, sont à base de produits bio-régulateurs. Les doses injectées sont minimes : elles vont rester à l’endroit d’injection (vu que le mésoderme est pauvre en vaisseaux) et vont dès lors agir directement sur la cible. De plus ce mésoderme est riche en récepteurs neuronaux : il va donc y avoir une action sur les récepteurs antalgiques (endorphiniques) ainsi que sur des voies centrales utiles pour diverses actions (Trigger Points, pathologies rachidiennes et périphériques, orthosympatiques).

Il y a très peu de contre-indications à la mésothérapie (leucémies, immunodépressions graves,..) et de très rares effets secondaires souvent liés à l’anesthésique local et qui sont de toute façon transitoires (quelques minutes).

Les champs d’action sont très vastes : traumatismes sportifs ou autres, douleurs aigues ou chroniques, arthrose, Trigger Points, problèmes vasculaires, …

Les séances sont réalisées au rythme d’une fois par semaine pendant trois semaines puis espacées. Souvent quelques séances suffisent selon l’ampleur ou la chronicité du problème. La mésothérapie va permettre, outre son soulagement rapide (dans les 24 à 48 heures), de se sevrer des médicaments allopathiques et de leurs effets néfastes à long terme.

« Injecter peu et peu souvent mais bien et au bon endroit » est la devise du Dr Pistor. Elle prend tout son sens dans l’écologie, la performance et la sécurité de cette technique qu’est la mésothérapie.